LETTRE A MARAT

Le tableau « Lettre à Marat » est basé sur « Femme écrivant une lettre et sa servante », l’une des œuvres les plus célèbres de Johannes Vermeer, datée vers 1670.

« Femme écrivant une lettre et sa servante » a été faite par Vermeer dans la période 1670 - 1671,et appartient à l’une de ses œuvres ultérieures. Une femme qui écrit, concentrée sur sa lettre, est représentée avec sa servante. Apparemment une lettre est venue, elle est pliée sur le sol, avec un sceau de cire rouge. La lettre est répondue immédiatement, la servante attend, ses pensées ailleurs, prête à livrer le message.

La grande peinture, qui occupe presque entièrement le mur à l’arrière-plan, a la découverte de Moïse comme sujet. Aux Pays-Bas du XVIIe siècle, il arrivait souvent que les mères abandonnent leurs enfants illégitimes, de sorte qu’il se peut que Vermeer se réfère à eux. Il doit certainement y avoir un lien entre le sens symbolique de la peinture et l’auteur de la lettre. La clé à cela doit être trouvée dans la peinture.

Dans la peinture de Baroc « Lettre à Marat » , la servante a été omise, et la peinture sur le mur a été remplacée par « La Mort de Marat » , une peinture néoclassique du peintre Français Jacques-Louis David (1748 - 1828). Il a été fait en 1793, peu de temps après la révolution Française dans laquelle David a été activement impliqué. David s’est lié d’amitié avec Maximilien de Robespierre et Jean-Paul Marat.

Son tableau le plus célèbre est « La Mort de Marat » peint en octobre 1793. Jean-Paul Marat fut poignardé à son domicile le 13 juillet 1793 par Charlotte Corday. David a été invité à organiser les funérailles et de livrer un tableau en sa mémoire. Marat était éditeur du magazine « L’ami du peuple » et travaillait souvent dans sa baignoire parce qu’il souffrait d’une maladie de la peau qu’il ne pouvait soulager qu’en se baignant beaucoup. David dépeint un héros contemporain, qui est mort avec son « arme » à la main, représenté à côté du couteau ensanglanté. Aujourd’hui, l’œuvre se retrouve dans la section moderne du Musée royal des beaux-arts de Bruxelles.

Dans la peinture de Baroc « Lettre à Marat », une tension étrange surgit entre la femme assise écrivant sa lettre tranquillement et concentrée, dans la douce lumière entrante, et l’image sombre et dramatique dans la peinture contre le mur d’un homme mourant, couché dans son bain, avec une lettre sanglante dans sa main.

Femme écrivant une lettre et sa servante - 71,1 x 58,4 -  Johannes Vermeer
Lettre à Marat - 60 x 50 - Baroc Paintings - prix sur demande

Intéressé par cette variation artistique sur " Femme écrivant une lettre" de Johannes Vermeer?

CLIQUEZ ICI ET ENTREZ VOS DONNEES