VERMEER WITH A TWIST

En tant que grand admirateur des œuvres de Johannes Vermeer, je suis poussé à créer une ou plusieurs peintures qui rendent hommage au grand maître de la lumière d’une manière contemporaine.

Johannes Vermeer (1632-1675) a passé toute sa vie à Delft, vers la fin de l’âge d’or. Au total, 37 tableaux ont été attribués à Vermeer, dont deux sont très controversés. La petite taille de son œuvre – il a réalisé en moyenne à peine plus de deux toiles par an – s’explique par le fait qu’il peignait très peu pour le marché de l’art, mais surtout pour les mécènes. Il est presque certain qu’il était actif, comme son père, comme marchand d’art. Il a probablement gagné plus d’argent en vendant d’autres peintures que son propre travail. Quoi qu’il en soit, Vermeer n’a certainement pas été sous-estimé en tant que peintre et dans son meilleur temps, il était au sommet du marché de l’art Delft en termes de prix. Il fut élu deux fois chef de la Guilde Saint-Luc, la confrérie des peintres de Delft.

En 1653, il épouse Catherine Bolnes. Il a eu 15 enfants avec elle (dont quatre sont morts jeunes) et a pu soutenir sa famille sans aucun problème. Qu’il ait déménagé avec sa famille chez sa riche belle-mère à partir de 1660 y aura contribué. Les dernières années de Vermeer ont été éclipsées par une détérioration spectaculaire de sa situation financière. La guerre avec la France a eu des conséquences désastreuses. Dans l’année de catastrophe 1672, il n’a plus vendu des peintures et le marché de l’art s’est effondré. Vermeer tomba dans l’obscurité et mourut le 15 décembre 1675. Après sa mort, presque personne ne le connaissait. Ce n’est qu’en 1860 qu’il est redécouvert et que son étoile atteint des sommets spectaculaires en quelques décennies. Le critique d’art Français et écrivain Etienne-Joseph Théophile Thoré (1807 - 1869) l’a appelé « le sphinx de Delft », le grand maître inconnu qui était apparu de nulle part et, à part quelques peintures, n’a laissé aucune trace. La fascination pour Vermeer est due à l’idée que nous ne savons presque rien de sa vie, et que nous ne pouvons pas comprendre ses peintures. Les interprétations de ses œuvres varient énormément. On suppose aujourd’hui généralement qu’en plus des représentations parfaites de scènes de la vie quotidienne des bourgeois prospères, il y a aussi des significations symboliques et cachées dans les peintures de Vermeer.

Un des moyens que Vermeer a utilisé sur ses toiles comme instrument d’interprétation et de symbolisme sont les peintures DANS ses peintures qui figurent toujours sur le mur central opposé dans beaucoup de ses intérieurs. Sa belle-mère Maria Thins possédait de nombreux tableaux de l’époque et Vermeer s’en est fait l’usage.

De cette façon, j’ai eu l’idée de repeindre quelques « intérieurs vermeer » célèbres, d’y apporter quelques modifications, et aussi de « remplacer » la peinture dans la peinture par une autre œuvre bien connue.

CECI N'EST PAS UN VERMEER

Le tableau « Ceci n’est pas un Vermeer » est basé sur « le verre de vin », parfois aussi appelé « gentilhomme et dame buvant du vin » que Vermeer peint entre 1658 et 1660.

Lees meer

LETTRE A MARAT

Le tableau « Lettre à Marat » est basé sur « Femme écrivant une lettre et sa servante », l’une des œuvres les plus célèbres de Johannes Vermeer, datée vers 1670.

Lees meer

Intéressé par une œuvre originale comme une variation sur un tableau de Johannes Vermeer?

CLIQUEZ ICI ET ENTREZ VOS DONNEES